untitled.bmp Je voudrais profiter de cette séance pour donner le point de vue des élus «Cahors à Gauche» sur le projet d'implantation d'une centrale photovoltaïque sur un terrain de 10 hectares dans la cote de Nouret, sur le hameau de Lacapelle. L'incompréhension qui nous anime est dirigée contre le seul et unique responsable, je veux parler du Préfet du Lot, puisque ce sont les services de l'État qui ont instruit ce dossier. Il suffit de se rendre sur place pour voir combien le site retenu est inapproprié. Le collectif qui s'est crée est très déterminé et tout à fait clair dans sa démarche et dans ses intentions. Il ne s'agit pas pour lui de s'opposer à la diversification des sources énergétiques et de dire un non catégorique à ce type de projet. Il s'agit de dire combien la proximité de maisons d'habitation n'est pas compatible avec l'implantation d'une centrale solaire, combien elle défigurera un paysage visible de toutes les collines environnantes et combien elle dévaluerait le patrimoine immobilier d'une quarantaine de familles. Il y a des endroits pour monter ce type de projet qui ne pose problème à personne. L'exemple type est celui de la centrale photovoltaïque de Cahors Sud, d'une superficie de 14 hectares à l'arrière de l'Aquitaine, qui fait sa vie sans entrainer la moindre levée de boucliers car elle ne génère aucune nuisance. La configuration du site de la cote de Nouret est toute autre. La proximité immédiate avec plusieurs maisons, l'impact visuel pour beaucoup d'autres, auraient du inciter les services de l'État à ne pas donner suite. C'est d'ailleurs un avis négatif qui avait été émis dans un premier temps par la Préfecture de Région tout comme par la chambre d'agriculture. Nous nous sommes, avec Marie, rendus sur place pour bien prendre la mesure des choses. J'avoue que j'ai été très surpris de voir que l'on pouvait donner le feu vert à un projet si près situé de lieux d'habitation. C'est pourquoi nous avons exprimé notre solidarité avec le collectif et décidé d'intervenir publiquement ce soir. Il est par ailleurs anormal que le panneau relatif au permis de construire ait été placé derrière un tas de ronce sur la porte d'une grangette. Les premiers concernés l'ont découvert par hasard et trop tard pour être dans le délai règlementaire de saisine du tribunal administratif de Toulouse. C'est pourquoi nous disons qu'il faut leur apporter notre concours afin que ce projet ne voit pas le jour, du moins pas à cet endroit là ! En disant cela, nous sommes en phase avec le projet du Front de Gauche contenu dans le petit livre rouge «L'Humain d'abord» Nous y consacrons une large place à la planification écologique, considérons que les choix énergétiques doivent être placés sous contrôle citoyen, proposons l'organisation d'un débat national sur la politique énergétique qui devra préparer le remplacement des énergies fossiles, préconisons la sobriété énergétique et affirmons que ce sont les gaspillages ostentatoires des très riches qu'il faut combattre.